la DST vue des USA

NYT du 24 octobre 2015

4 novembre 2017

Si vous lisez ceci, c'est parce que vous essayez de comprendre en quoi le système DST contribue au dérèglement climatique.

En règle générale, les changements d'heure consistent à avancer l'heure légale habituelle ("normale" ou parfois "normale plus une") d'une heure pendant plus de la moitié de l'année.

La seule justification présentée depuis quelque temps est que l'avancement de l'heure permet de faire mieux coïncider l'heure légale avec l'activité moyenne de la population. En fait, c'est plutôt l'inverse....On bouge l'heure légale pour que les gens s'activent. De sorte qu'ils sont sur les routes une heure avant, ce qui augmente les niveaux de photooxydants secondaires dans l'air, les contraint à allumer les chauffages d'appoint le matin, leur fait pousser la climatisation de leur véhicule quand ils sortent du travail en pleine chaleur, etc. Tout cela, en plus de la diminution des économies d'éclairage à cause des lampes économes, fait que le bilan de l'heure avancée est de plus en plus mauvais. Pollution atmosphérique aggravée et consommation d'énergie augmentée contribuent au réchauffement climatique. Même si cela ne le freine que de 0,1 degrés, il faudrait rapidement en finir avec les heures avancées mal gérées. Une fois l'heure fixe choisie pour toute l'année, chaque pays, chaque région, pourraient mieux cadrer leurs activités polluantes et "réchauffantes" pour améliorer efficacement la situation. En attendant, on ne sait pas quoi faire....

* *

Le New York Times, qui s'étonne que Paris et Londres ne soient pas à la même heure, a interrogé notre présidente Madame Gabarain et a publié un long article sur l'ACHED le 24 octobre 2015

 Le lien est

http://www.nytimes.com/…/sund…/frances-wrinkle-in-time.html…

France’s Wrinkle in Time

Based on its location, the country should be in a different zone.

nytimes.com|By SAM BORDEN

Sam Borden est le correspondant du NYT en France pour les sports. Il est probablement sensibilisé par les horaires fluctuants des retransmissions sportives à la télé ou à la radio

Voici l'article

France’s Wrinkle in Time

Photo
 
Credit Marie Assénat

Rueil-Malmaison, France — MY family has a problem with time.

It isn’t so much an issue with making time or finding time or being on time. And it certainly doesn’t have anything to do with killing time, flying time or having a good time.

No, our family’s problem with time is simpler: We think it’s wrong.

Specifically, we think French time is incorrect for all but a few weeks each year. The two exceptions — those weeks when the time is right, you might say — come in late March and in late October. What happens then? Well, in the spring the United States begins daylight saving time several weeks before most of Europe, while in the autumn — this week, in fact — most of Europe ends daylight saving time a week before the United States. Admittedly, some might find this revelation irrelevant, but let me assure you: For airline pilots, trans-Atlantic travelers and the significant number of American expatriates in Europe, these glorious weeks are God’s time.

Consider: For those of us living in France while, say, our mothers remain in New York, a five-hour time difference instead of six means a phone call made on the way to school pickup syncs perfectly with Grandma’s morning tea instead of perfectly with Grandma’s morning shower (right idea, wrong time). Yes, we are still roughly 3,599 miles from New Rochelle, N.Y., but for a few days the distance feels much smaller.

Another plus, according to a friend, is that weeks like these are a gift for live-streaming the late N.F.L. game that he said usually starts at 2:30 a.m. — way too late to justify to his wife —but now kicks off just 30 minutes past 1, which is, I’m told, much more palatable.

“It’s like a time warp!” he exclaimed.

There is actually a group in France dedicated to the cause. The French Association Against Double Summer Time is made up of about 500 members who — in their spare time, naturally — do what they can to let people know that it’s time for a change.

“This is an important issue,” Eléonore Gabarain, the president of the organization, explained in a recent conversation. “It’s a matter of health.”

Ms. Gabarain and her colleagues point out that, geographically, France is clearly in the wrong time zone. Based on its location, it ought to be on Greenwich Mean Time (like England) instead of Central European Time (like Poland). That fact explains why it has been pitch-black outside until 8 a.m. here this month — Freezing Time, as my daughter Hannah calls it — and also why we basically have to hang thick black vinyl sheets on our curtain rods in July if we want the children to go to sleep before 11 p.m.

“Studies have shown that France has a high rate of adults using sleeping pills,” Ms. Gabarain said. “Changing the time would help with that because it wouldn’t be so bright.” She also noted studies showing that later sunrises make driving conditions more dangerous during morning commutes.

The French were actually on Greenwich Mean Time (now called Coordinated Universal Time) as recently as 1940. There were a series of time-zone switches during World War II as Germany occupied part of France, but after the war was over, France was supposed to return to Greenwich Mean Time in 1945. Alas, for reasons that are not altogether clear, the French government canceled that decision at the last moment and has remained on Central European Time ever since.

In 1975, it instituted daylight saving time as well, meaning that for half the year France is actually two hours ahead of what it geographically should be (leading to the term “double summer time,” as used by Ms. Gabarain and others).

Not surprisingly, Ms. Gabarain and her minutemen and -women have had a devil of a time getting anyone to take them seriously. She knows her group is not in a position of power, and it certainly doesn’t have enough money to truly lobby in front of the people who make decisions.

Yet time, of course, waits for no one. As the number of immigrants and expats increases in France, proper alignment merits strong consideration. Other countries, such as Russia and Portugal, have adjusted their time protocols, and there is a growing movement in the United States to eliminate daylight saving time because the age-old reasons for its existence (energy savings among them) simply don’t add up.

Meanwhile, Ms. Gabarain said her organization has sent letters and reports to a variety of French government departments but has had little response.

“They say they are studying it,” she said, adding, “I guess they are taking their time.”

Sam Borden is the European sports correspondent for The New York Times.

 **************

 

Article du New York Times (14 mars 2014)

D'après TIME, Facebook a permis d'établir une carte de la fatigue après le changement d'heure

Pour que les adolescents gardent la forme, laissez-les dormir     Par JAN HOFFMAN

Jilly Dos Santos a entrepris de repousser l'heure du début de son école à 9 heures

COLUMBIA, Missouri - Jilly Dos Santos a vraiment essayé de se rendre à l'école à temps. Elle a mis trois alarmes successives sur son téléphone,  sauté le petit déjeuner,  hâté son maquillage, appliqué tout en fumant pendant que son père conduisait la voiture. Mais l'année dernière, elle est apparue rarement dans la mêlée frénétique aux portes du lycée de Rock Bridge, à la première cloche, à 07h50

Puis elle a appris que la commission scolaire était sur le point de faire commencer  la journée encore plus tôt, à 07h20

«J’ai pensé que si cela arrivait, j’allais mourir", a rappelé Jilly, 17 ans. «Je quitterai l'école!"

C'est alors que l'adolescente privée de sommeil s’est transformée en militante du sommeil. Elle était déterminée à convaincre le conseil d'une vérité qu'elle ressentait dans l’intimité de son corps fatigué: Les adolescents sont habitués à aller tard au lit. Comment le conseil de classe pourrait-il réaligner le premier appel du matin avec cette réalité biologique?

La revendication pour commencer plus tard l’entrée au lycée date de près de 20 ans. Elle a récemment  pris de l'ampleur dans des communautés comme celle-ci,  et comme des centaines d'écoles dans des dizaines de districts à travers le pays, qui ont cédé à la recherche de concilier l'horloge et le corps de l'adolescent.

En seulement deux ans, les écoles secondaires de Long Beach, en Californie, Stillwater, en Oklahoma, Decatur, en Géorgie, et Glens Falls, NY, ont repoussé leurs premières cloches, en rejoignant les premiers à adopter cette mesure dans le Connecticut, la Caroline du Nord, le Kentucky et le Minnesota. La commission scolaire de Seattle votera ce mois-ci sur l'opportunité de poursuivre la question. Le surintendant du comté de Montgomery, dans le Maryland, soutient cette modification, et la commission scolaire du comté de Fairfax, en Virginie, travaille avec des consultants pour élaborer des options de démarrage après 8 heures

De nouvelles preuves suggèrent que le fait que le lycée commence plus tard offre de multiples avantages. Des chercheurs de l'Université du Minnesota, financés par les Centers for Disease Control and Prevention, ont étudié huit écoles secondaires dans trois Etats, avant et après avoir commencé plus tard au cours de ces dernières années. Dans les résultats publiés mercredi dernier, ils ont constaté que le temps de démarrage une fois modifié dans une école, les élèves étaient améliorés sur ​​de nombreux points, y compris la santé mentale, les taux d'accidents de voiture, la fréquentation et, dans certaines écoles, les catégories et les résultats des tests standardisés.

La docteure Elizabeth Miller, chef de la médecine de l'adolescent à l'Hôpital pour enfants de Pittsburgh, qui n'était pas impliquée dans cette recherche, a noté que l'étude n'était pas un essai contrôlé comme étant randomisé, comparant des écoles qui ont changé avec des écoles similaires qui n'avaient pas changé. Mais elle a déclaré que les méthodes de l’enquête étaient pragmatiques et ses conclusions prometteuses.

"Même les écoles qui disposent de ressources limitées peuvent faire ce changement. Cette  politique semble apporter des avantages pour les élèves», a déclaré Mme Miller.

Les chercheurs ont constaté que pendant l'adolescence, hormones et cerveau se développent. Les adolescents qui dorment régulièrement de huit à neuf heures par nuit apprennent mieux et sont moins susceptibles d'être en retard, s’améliorent dans les épreuves où ils subissent des blessures dues aux sports. Bien dormir peut également les aider à modérer leur tendance à une prise de décision impulsive ou risquée.

Pendant la puberté, les adolescents présentent un retard de la mélatonine,  l’hormone "du sommeil", ce qui signifie qu'ils ont tendance à ne pas se sentir somnolents jusqu'à environ 11 heures du soir. Cette inclinaison peut être encore retardée par la lumière bleue stimulante, émise par des dispositifs électroniques. Cela trompe le cerveau qui veille à la lumière du jour, ralentit la libération de la mélatonine et le début du sommeil. L'étude du Minnesota a noté que 88 pour cent des étudiants gardent leur téléphone portable allumé dans leur chambre à coucher.

Mais de nombreux parents, et certains élèves, s'opposent à placer plus tard le début de la journée. Ils disent que cela entraînerait que les pratiques sportives se terminent tard, mettrait en péril les emplois rémunérés des étudiants, empiétrait dans le temps consacré aux devoirs et aux activités périscolaires, et bouleverserait la routine du matin pour les parents qui travaillent et les jeunes enfants.

Cependant, selon les experts, cette résistance est entraînée fondamentalement par le scepticisme quant à la primauté du sommeil.

«C'est toujours un honneur que de dormir cinq heures », a déclaré la Docteure Judith Owens, experte du sommeil au Centre médical national pour enfants de Washington. "Cela signifie que vous êtes censé travailler plus fort, et c'est considéré comme une bonne chose. Donc il faudrait qu’il y aie un changement de culture vis-à-vis du sommeil ".

En janvier dernier, Jilly Dos Santos a décidé d’essayer de faire que ce changement arrive dans le quartier de l'école-Britannique, qui s'étend sur 300 miles carrés de terrain plat, avec 18 000 étudiants et 458 lignes de bus. Mais avant qu'elle puisse faire accepter que la cloche sonne plus tard, elle devait montrer un an à l’avance pourquoi il serait simple de le faire.

Elle a eu l'idée dans son « Advanced Placement classe » de l'histoire du monde, enseigné en équipe, qui explore le rôle de leadership. Les étudiants ont été invités à trouver un sujet actuel qui avait leur suscité un vif intérêt. Un matin, les enseignants ont mentionné qu'un comité du conseil scolaire avait recommandé de débuter plus tôt pour résoudre des problèmes logistiques dans la planification des itinéraires d'autobus. La question serait examinée lors d'une audience de la commission scolaire cinq jours plus tard. Si vous n'aimez pas cela, ont dit les enseignants, faites quelque chose.

Jilly fait l’exécrable calcul: Un premier appel à 07h20 signifiait qu'elle aurait à se réveiller à 6 heures du matin !

Elle avait donc trouvé sa motivation .

Il lui semblait peu probable de pouvoir arrêter ce qui était presque un fait accompli. Elle était seulement une étudiante en deuxième année, sans avoir dû mener combat. Mais Jilly, la dernière de sept enfants, avait appris à être indépendante depuis le début: Sa mère était morte quand elle avait 9 ans.

Et elle est énergique et directe. Cette année-là, elle avait participé à un lecteur des électeurs pour les démocrates du Missouri, s'est portée volontaire dans une classe prématernelle en immersion de langue française, écrit pour un journal étudiant, travaillé dans une pizzeria et maintenu une bonne moyenne en français, espagnol et latin.

«Il s'agit de la gestion du temps," a-t-elle expliqué au cours d’un récent après-midi, recroquevillée chez elle dans un fauteuil.

Ce mercredi, elle a passé une nuit blanche. Elle a créé une page Facebook et mis en place un compte Twitter , alertant des centaines d'étudiants au sujet de la réunion du conseil d'école: «Soyez là pour avoir un mot à dire dans les décisions de votre district scolaire sur l’heure de démarrage de l'école"

Elle a ensuite pris contact avec « Démarrer Plus tard » , un groupe à but non lucratif qui lui a fourni des munitions scientifiques. Elle a recruté des amis et divisé les sujets sommeil et recherche. Avec un jet d'e-mails, elle a essayé d'obtenir l'aide de tous les enseignants de l'école secondaire dans le quartier. Elle a commencé une pétition en ligne .

Les étudiants qu'elle a regroupé ont fait des centaines d'affiches et de tracts, et mis des conseils sur Twitter: "Si vous allez assister à la réunion du conseil d'administration, demain, nous vous recommandons de vous habiller!"

La salle de réunion du conseil d'école le lundi était pleine à craquer. Jilly, portant un chemisier blanc et une sage jupe à volants, s'est adressée au conseil d'administration, en clignant des yeux comme un hibou. Les visages des dignitaires lui paraissaient flous parce que tout se frottant nerveusement les yeux, elle avait enlevé ses lentilles de contact. Mais elle parlait froidement du cycle de sommeil des adolescents: «Vous savez, les enfants ne veulent pas se lever," dit-elle. "Je sais que je ne le fais pas. Biologiquement, nous avons examiné ce problème ".

Le conseil a âprement débattu de la question et a décidé contre l’avancement de l'heure de début.

Le lendemain, Jilly se tourna vers la campagne pour un horaire de démarrage plus tardif, un mouvement qui a gagné l'appui de son adhésion. En 2011 un rapport de la Brookings Institution a recommandé aux écoles secondaires de démarrer plus tard, et l'été dernier, Arne Duncan, le ministre de l'éducation, a affiché son approbation de l'idée sur Twitter.

Participez à la discussion ci-dessous.

L'Université de Minnesota dans son étude a suivi 9.000 élèves du secondaire dans cinq districts dans le Colorado, le Wyoming et le Minnesota avant et après que les heures de début aient été décalées. Parmi ceux qui ont commencé à 07h30, seulement un tiers des étudiants ont dit qu'ils étaient en mesure de dormir au moins huit heures. Les étudiants qui ont moins dormi que ce temps ont montré significativement plus de symptômes de dépression, et aussi une plus grande utilisation de la caféine, de l'alcool et des drogues illégales que leurs pairs mieux reposés.

«C'est biologique - les problèmes de santé mentale étaient identiques pour les enfants du centre ville et pour les enfants riches», a déclaré Kyla Wahlstrom, professeur de recherche en éducation à l'Université du Minnesota et auteur principal de l'étude.

Dans les écoles qui commencent maintenant à 08h35, près de 60 pour cent des étudiants ont déclaré avoir huit heures de sommeil par nuit.

En 2012, l'école secondaire de Jackson, Wyoming,  a proposé la première cloche à 08h55 au lieu de 07h35. Pendant l'année scolaire, les accidents de voiture par les conducteurs âgés de 16 à 18 ans a chuté à sept à partir de 23 l'année précédente. Les résultats scolaires ont été améliorés, mais pas partout.

Après que les écoles secondaires dans le district de South County Washington, près de Minneapolis, soient passées à un début à 8h35, dans certains grades de premier et de troisième période les catégories ont augmenté entre un demi-point et un point complet de qualité. Et l'étude a révélé que les scores composites sur les tests nationaux tels que l'ACT ont augmenté de manière significative dans deux des cinq districts.

De nombreux chercheurs affirment que la qualité du sommeil affecte directement l'apprentissage, parce que les gens stockent des faits nouveaux au cours des cycles de sommeil profond. Pendant les phases avec mouvements oculaires rapides, le cerveau trie et ordonne les données acquises dans la journée. Plus un adolescent dort, mieux il absorbe l'information.

"Sans un sommeil suffisant", a déclaré Jessica Payne , un spécialiste du sommeil et professeur adjoint de psychologie à l'Université Notre Dame, "les adolescents perdent la capacité non seulement de consolider l'information, mais de transformer et restructurer, d’extraire des conclusions et des idées sur les problèmes. "

En février dernier, à Columbia, la commission scolaire s'est réunie pour examiner un retard des heures d’entrée le matin. "Il est vraiment rassurant de savoir que les étudiants peuvent avoir leur mot à dire en la matière», leur a dit Jilly. "Je vous remercie donc, les gars, pour tout cela."

Le moment de la décision est arrivé lors de la réunion suivante de la commission en Mars. Jilly, assise au premier rangée, a posté sur Twitter, et s’est adressée au conseil une dernière fois. "Je sais que ce n'est pas la chose la plus classique et que ça va provoquer quelques refoulements», a-t-elle dit, se référant à l'heure retardée. "Mais c'est la bonne décision."

Le conseil a voté, par 6 voix contre 1, de repousser l'heure de début de l'école secondaire à 9 heures "Jilly nous a tirés sur le bord», a déclaré Chris Belcher, le directeur.

Sept mois après la nouvelle norme. À Rock Bridge High School, sortir plus tard jour, à 16h05, est problématique pour certains, y compris les athlètes qui manquent souvent de temps pour leurs matches à l'extérieur.

"Après avoir fait ses devoirs, on arrive à 23h30 assez rapidement", a déclaré Brayden Parker, un joueur de football universitaire. "Je préfère rentrer à la maison avant la nuit et avoir plus de temps pour me détendre."

Les écoles secondaires de la région ont essayé de s'adapter, par exemple en ajoutant une connexion Wi-Fi gratuite aux autobus afin que les athlètes puissent faire leurs devoirs en route. Certaines classes se réunissent une ou deux jours par semaine, et sont complétées par des instructions en ligne. Il y a plus de pratiques sportives et en clubs qui se réunissent avant l'école.

Certains parents et enseignants en première période sont récompensés en voyant les étudiants  plus reposés et alertes.

Récemment, un jour d'école, à 07h45 , en haut de Rock Bridge, un long bâtiment d’un étage avec des puits de lumière et de larges couloirs, était ensoleillé et presque silencieux.

Puis, comme un orchestre qui se prépare, les étudiants ont commencé à arriver peu à peu, certains pour le club de débat, d'autres pour se rendre à la cafétéria pour le petit déjeuner et les potins. Les rires résonnaient dans le hall, les autobus déposaient plus d'étudiants, et d'autres venaient des parcs de stationnement. Les foules croissantes pouvaient presque être décrites comme civilisées.

A 08h53, Jilly faisait irruption par la porte d'entrée nord, cheveux longs non peignés et sans maquillage, traînant son sac à dos.

"Maintenant, même quand je suis en retard," dit-elle, en se précipitant dans un couloir à  8h55 , «c'est seulement pour trois ou quatre minutes."

Une version de cet article apparaît sur papier le 14.03.2014, page A1 de l'édition New York  du NYT

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

28.10 | 13:53

Cela montre surtout qu'on les manipule en les interrogeant en automne et en leur proposant le choix entre "hiver toute l'année" et "été tout l'année"!

...
28.10 | 11:55

46/100 des français veulent maintenir 2 heures d'avance sur l'heure solaire !les politicards ont finit de rendre ce peuple idiot?

...
27.10 | 09:45

Le Parlement européen a fait un rapport très critique sur les conséquences des changements d'heure dans l'UE (http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2017/611006/EPRS_STU(2017)611006_EN.pdfen anglais seulement)

...
21.10 | 19:56

Nous allons nous renseigner. Le problème est que la Commission demande l'avis des gouvernements, qui jusqu'à présent ont dit que tout allait bien!

...
Vous aimez cette page